Abdullah: "Je veux travailler dans la finance, puis je veux être prof"

En 2020, la première génération des jeunes de TADA a passé le cap des 18 ans. Parmi eux Abdullah, 18 ans, partage son parcours pour devenir un citoyen engagé.

"J’ai grandi dans un quartier à proximité du parc Maximilien. Je ne pense pas que notre origine sociale nous empêche de réussir. Mais le quartier est un milieu très fermé, on ne se mélange pas beaucoup. On doit être irréprochable pour réussir. Sauf que les points à l’école ne suivent pas toujours et que ça en amène beaucoup à décrocher."

"L’entourage joue un rôle dans cette histoire. Ce sont les gens autour de nous qui définissent en grande partie qui on est: si on est avec de bonnes personnes, on fera en sorte d’être quelqu’un de bien. Quand on a de mauvaises fréquentations, on se laisse plus facilement tenter par le deal et la violence."

Le plus jeune alumni de TADA à l’université

"En 5e primaire, en plus d’aller à l’école traditionnelle, j’ai commencé à aller à l’école du week-end de TADA. C’est le plus gros coup de pouce que j’ai reçu dans ma vie. J’ai rencontré de nombreux professionnels passionnés venus nous partager leur expérience, comme l’homme politique Guy Verhofstadt. Cela m’a permis d’ouvrir les yeux. Je voulais devenir footballeur, mais je me suis rendu compte que ce n’était pas pour moi. J’ai aussi pris conscience que, dans la vie, il faut saisir les opportunités qui s’offrent à nous."

"Alors que j’étais en 5e primaire, on m’a proposé de passer directement en 1re secondaire. J’avais des facilités à l’école mais je n’étais pas sûr de vouloir sauter une année. Il y avait toujours un petit truc qui me retenait. Je me disais: non, je veux rester avec mes potes. Mais TADA m’a poussé à y aller et, aujourd’hui, je ne regrette pas ce choix!"

"Je suis entré à l’univ’ à 17 ans. J’étais l’un des plus jeunes étudiants en sciences économiques appliquées à la VUB. Je suis maintenant en 2e bachelor."

Les difficultés de vivre le confinement à Molenbeek

"On ne va pas se mentir, avec le coronavirus et les restrictions, ces derniers mois n’ont pas été faciles. Surtout quand tu vis dans des petits espaces. La limite entre ma chambre et celle des mes trois petits frères et sœurs n'est pas claire. Ils me réveillent tôt le matin. J'essaie d'adapter mon rythme au leur: j'étudie quand ils dorment; quand ils sont réveillés, je prépare leurs corn-flakes ou je joue avec eux."

"Ce qui est aussi difficile, c’est qu'on est dans le flou. Va-t'il y avoir des examens? Est-ce que ça sert à quelque chose d’étudier? Même si je vois mes études comme un tremplin, j’ai parfois eu des doutes. Heureusement, mes proches et, plus particulièrement ma mère, sont toujours là pour me rebooster. J'essaie aussi de courir une heure minimum par jour, pour me changer les idées."

"Plus tard, j’aimerais travailler dans la finance, plus particulièrement dans ‘l’accounting’. J'ai aussi eu un rêve, un rêve oublié. J'ai toujours voulu être prof, car je trouve ça cool de pouvoir partager son savoir aux autres. Dans ma tête, j’ai divisé ma vie comme ceci: je fais mes études, puis je travaille dans la finance, avec un salaire confortable à la clé - l'argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue fortement n’est-ce pas? - et, enfin, je fais une carrière de prof, pour permettre aux jeunes de reprendre le flambeau."

Contribuer au réseau TADA For Life

Vous voulez proposer une activité, un stage ou un job d’étudiant à nos alumni? Contactez notre Alumni Lead, Emilie De Brabandere.

Notre réseau alumni compte désormais plus de 1000 jeunes!

Notre réseau alumni compte désormais plus de 1000 jeunes!

Ce samedi 25 juin avait lieu la traditionnelle remise des diplômes de TADA. Pour la première fois en trois ans, nous avons à nouveau pu nous retrouver et profiter de ce moment riche en émotions tous ensemble: jeunes, familles, collègues, bénévoles, enseignants,...

Aya: « Travailler à TADA a eu un impact immense sur moi »

Aya: « Travailler à TADA a eu un impact immense sur moi »

Aya: "Travailler à TADA a eu un impact immense sur moi" Camille et Aya sont unies à TADA par les liens du “buddy system”. Ce ne devait être qu’une aide pour le néerlandais. C’est devenu une relation bien plus forte et inspirante. En témoigne un samedi où Aya, devenue...

65.300€ récoltés à la soirée Bruxelles pour le Bien Commun. MERCI!

65.300€ récoltés à la soirée Bruxelles pour le Bien Commun. MERCI!

Le 24 mai, TADA a participé à l'évènement "Bruxelles pour le Bien Commun" au Théâtre des Galeries. Une soirée de levée de dons inédite en faveur de projets au service du bien commun à Bruxelles. 9 lauréats – dont TADA –  ont été sélectionnés par l'organisation pour...

Share This

Thank You!

There was an error while trying to send your request. Please try again.

TADA will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.

Hier kom je op een deel van onze website dat nog in opbouw is.

We zijn volop in het ontwikkelproces om de content en de navigatie beter af te stemmen op wat jij graag wilt zien.

Wil je ons helpen?